Intuition, Synchronicités, Rétrocausalité

Intuition, Synchronicités, Rétrocausalité
Stacks Image 768
Les Synchronicités
Stacks Image 791
Les synchronicités sont au jour ce que les rêves sont à la nuit.
Anonyme
Les synchronicités et les coïncidences sont des phénomènes étranges qui nous surprennent tous lorsqu’elles se produisent, car elles ne peuvent pas s’expliquer par des causes connues dans notre monde quadridimensionnel. En effet, ce sont des manifestations hors espace-temps qui nous troublent, car notre cerveau ne peut pas en comprendre les manifestations. J’aime dire à leur sujet que c’est lorsque le monde de l’invisible se rend furtivement visible et nous fait des clins d’œil. En tout cas, elles nous démontrent que tout l’Univers, dont nous faisons aussi partie, est interrelié. Comme le dit l’astrophysicien Hubert Reeves, « nous sommes tous des poussières d’étoiles » issus du même big bang.

Les coïncidences et synchronicités surviennent dans la vie de chacun occasionnellement, mais tout le monde n’y prête pas attention. Les matérialistes qui ne peuvent pas les expliquer par des interactions au niveau de la matière, les classent aux oubliettes en disant qu’elles relèvent du hasard. Et ils ont raison ! Dans le sens qu’elles ne relèvent pas de causes connues dans le passé. Dans la mesure où elles sont le résultat d’intrusion d’une réalité peu connue, celle hors espace-temps, ces phénomènes inexpliqués sont bien issus du hasard. Mais un hasard organisé. Philippe Guillemant nous explique que les synchronicités sont des attracteurs d’un futur potentiel, lequel est déterminé par une intention (consciente ou non-consciente.)

Quelle est la différence entre une coïncidence et une synchronicité ? Les deux sont acausales, mais la coïncidence n’est porteuse d’aucun message, au contraire de la synchronicité qui fait sens pour celui qui l’expérimente. La différence entre ces deux phénomènes est donc celle du sens.

Rappelons que le concept de synchronicité a été élaboré par Carl Gustav Jung en collaboration avec Wolfgang Pauli. On rapporte souvent que le facteur déclenchant aurait été un rêve de scarabée doré fait par l’une des patientes de Jung dont la thérapie stagnait depuis deux ans. Au moment même où elle lui racontait son rêve, un même scarabée est venu heurter la fenêtre du cabinet. C’est la synchronicité temporelle entre l’évocation et l’événement qui a interpellé Jung. Dans la mesure où cet insecte ne faisait pas partie de ceux répertoriés en Suisse, mais qu’il provenait bien d’un lieu lointain comme celui de l’Egypte, Jung a donc été frappé par le côté acausal de l’événement. Mais il a aussi objectivé le sens profond que ce dernier avait pour la patiente, en l’occurrence, celui de la transformation, symbole dont le scarabée égyptien est porteur.

On présente souvent cette histoire du scarabée comme étant le début de l’intérêt et de l’observation des synchronicités par Jung. Mais cela ne s’est pas passé ainsi. Bien des années avant cet événement, il s’était intéressé à l’ouvrage de divination le plus vieux du monde, nommé le Yi-King. Il s’agit de faire des tirages aléatoires, puis de les interpréter pour en comprendre la signification. Il pratiqua ces tirages pendant des années, en remarquant d’étonnants résultats, en relation avec l’objet de ses pensées. Voilà ce qu’il en dit : «  Je restais souvent des heures entières, assis sur le sol, sous le poirier centenaire, le Yi-King près de moi, et pratiquai la technique en rapportant l’un à l’autre les « oracles » qui en résultaient comme en un jeu de questions et de réponses. »

Pour Jung, la synchronicité est donc la survenue de deux événements simultanés, qui ont un lien de sens et non de cause. L’un est psychique et l’autre physique, les deux domaines étant réunis dans l’Unus Mundus, le Un ou le Tout, une réalité unifiée de laquelle tout émerge et à laquelle tout retourne.

Depuis bientôt un siècle, d’innombrables personnes se sont mises à observer ces phénomènes extraordinaires et à les étudier. Pour ceux qui acceptent leur étrangeté et leur message porteur de sens, ces synchronicités amènent une richesse dans leur vie et peuvent même les confirmer ou infirmer dans leur trajectoire de vie. A l’instar d’un phare sur la plage, elles surviennent plus fréquemment lorsque nous sommes en périodes de crises. Elles représentent alors des moments fugaces où nous sommes en contact avec plus grand que soi, quel que soit le nom qu’on souhaite lui donner. Ici, personnellement, je le nommerai la Conscience Universelle. Il s’agit donc d’un enrichissement, d’un accompagnement, d’un guidage sur notre chemin de vie.

« Dès que vous décidez d’utiliser les coïncidences, vous invitez une nouvelle énergie à prendre place dans votre vie », nous dit l’écrivain Robert Moss. Lorsque l’on commence à observer ces petits miracles et à s’en émerveiller, on voit que les synchronicités deviennent de plus en plus fréquentes dans notre vie. C’est donc un processus qui se développe et on finit par se demander parfois si ce n’est pas nous-mêmes qui en déclenchons certaines par nos pensées et nos intentions, même parfois inconscientes. C’est bien ce que pensent le physicien Philippe Guillemant et l’éthno- botaniste Romuald Leterrier, entre autres.

Philippe Guillemant nous parle longuement des synchronicités dans son livre « La route du temps ».

Selon la métaphore déjà citée, proposée par Philippe Guillemant, d’un paysage qui s’étend devant nous, il est important que nous décidions de l’endroit où nous voulons aller en posant une intention. C’est ainsi que selon Philippe Guillemant « Nos intentions sont susceptibles de causer des effets dans le futur, en devenant à leur tour les causes futures d’effets présents ». C’est donc un processus de rétrocausalité.

Lorsque nous avons posé cette destination-intention, des synchronicités nous sont envoyées en provenance du futur pour nous y amener via le meilleur chemin, à l’instar des indications d’un GPS. Nous comprenons donc que ces « traces du futur », les synchronicités, sont utiles et qu’elles nous économisent du temps et nous évitent des embûches.

Nous comprenons aussi que nous avons un pouvoir sur la suite de notre vie, notamment grâce à notre libre arbitre qui est tout relatif, néanmoins. Nous réalisons ainsi que nous sommes en grande partie les auteurs inconscients de nos futures synchronicités.

Il conclut : « Les synchronicités et autres phénomènes extraordinaires nous dévoilent les dimensions où les lois physiques sont défiées, en apparence seulement. L’action de la conscience traduit simplement la causalité inverse, la cause finale, qui est liée à l’intention et qui a volontairement été oubliée par la science, car celle-ci s’est construite en opposition à la religion. » Ainsi, les causes ne sont plus dans le passé, mais dans le futur !

Un livre sera consacré aux divers aspects des synchronicités. Il est actuellement en cours d’écriture.
Stacks Image 840
Intuition, Synchronicités, Rétrocausalité
Cornelia Gauthier
Stacks Image 862
Intuition, Synchronicités, Rétrocausalité
Cornelia Gauthier